Stefane Fermigier

Nouveau livret bleu sur les fondamentaux juridique du logiciel libre

| Comments

Le Groupe Thématique Logiciel Libre vient de publier un "livret bleu" sur les fondamentaux juridiques du logiciel libre. J'ai participé à son élaboration, et j'en ai notamment rédigé la préface, que voici:

Par logiciel libre – et open source, l’insistance sur la distinction ne faisant parfois qu’opacifier le débat – on entend bien des choses selon les contextes et les personnes qui s’y intéressent. Pour certains, c’est un gisement (inépuisable ?) de «briques » logicielles qui accélèrent en entreprise le développement d’applications modernes ou de systèmes complexes ; c’est aussi un mode de collaboration qui a prouvé son efficacité dans le monde du logiciel et qui s’étend depuis dix ans à d’autres secteurs de l’économie et de la société ; c’est un accélérateur de l’émergence et de la diffusion des nouvelles technologies ; c’est encore le fondement de modèles économiques qui ont bousculé le secteur du logiciel. Pour d’autres (et souvent les mêmes), c’est enfin un combat philosophique, voire politique, qui vise à rééquilibrer les pouvoirs entre les créateurs et les utilisateurs d’une technologie de plus en plus omniprésente, voire intrusive.

Quelle est donc la place du droit dans un débat qui semble principalement centré sur la technologie, l’organisation du travail, l’économie et la philosophie?

À l’origine, ce sont des valeurs – liberté, partage, communauté – qui fondent le logiciel libre. Celles-ci, pour être actionnables, doivent être traduites en droit, et ont donné lieu à des principes – les fameuses définitions de la FSF et de l’OSI – puis enfin à des licences qui traduisent concrètement et dans un cadre juridique préexistant les intentions des producteurs de logiciel libre. En posant clairement les droits et devoirs des utilisateurs – et dans ce contexte, on parle tout autant des utilisateurs finaux, que des organisations ou des personnes qui réutilisent les logiciels libres sous forme de composants pour créer de nouveaux logiciels, des systèmes complexes, ou une offre de service – les licences de logiciels libres clarifient et sécurisent les relations entre les membres d’écosystèmes de contribution extrêmement larges, et posent la question de l’équilibre du partage de la valeur.

Depuis plus de 30 ans que les premières licences libres existent, leur domaine d’application s’est considérablement élargi. Confrontées aux nouvelles questions émergeant de l’évolution des technologies (APIs, Web, Cloud, Internet des Objets…), du droit (voir les débats aux États-Unis sur le copyright sur les interfaces utilisateurs ou sur les brevets logiciels), ou de l’économie (nouveaux modèles d’affaires fondés sur le logiciel libre), ces licences ont évolué, et de nouvelles licences sont apparues. À tel point qu’aujourd’hui, leur nombre peut dérouter de prime abord.

Heureusement, elles peuvent facilement être classées en quelques catégories, et celles qui sont d’usage courant sont en nombre relativement restreint – une dizaine. L’application d’un petit nombre de principes, exposés succinctement dans ce livre, permet aux dirigeants mais aussi aux développeurs, chefs de projets et architectes techniques de maîtriser la complexité inhérente à l’assemblage de centaines de composants open source dans le cadre des projets dont ils ont la charge. Les producteurs (aussi appelés éditeurs) de logiciel libre trouveront quant à eux des éléments de décision relatifs au choix des licences de leurs logiciels, en fonction des modes de collaboration et de partage de la valeur qu’ils souhaitent privilégier en aval.

Rappelons en regard que dans le monde du logiciel privatif, encore appelé logiciel propriétaire, il y a autant de licences que d’éditeurs – donc beaucoup plus que de licences libres –, que ces licences imposent, pour la plupart, beaucoup plus de contraintes, et qu’elles ne sont pas guidées par les mêmes principes favorables à la réutilisation et à la collaboration, et à la croissance organique d’un patrimoine logiciel.

L’utilisation – dans tous les sens du terme – de logiciels libres, dès lors qu’elle est maîtrisée, en plus de tous les autres avantages qu’on leur connaît – innovation accélérée, interopérabilité, qualité –, offre aussi un avantage indéniable en termes de simplification juridique pour les entreprises – et donc de maîtrise du risque.

Le document complet (PDF, 40 pages) est téléchargeable ici.

Mise à jour 2015 du Manuel de Frascati

| Comments

Publié par l'OCDE, le manuel de Frascati est une référence méthodologique internationale pour les études statistiques des activités de recherche et développement (R&D). Il standardise la façon dont les gouvernements recueillent l'information sur les investissements en recherche et développement (R&D). Ce Manuel traite exclusivement de la mesure des ressources humaines et financières consacrées à la recherche et au développement expérimental (R&D) souvent qualifiées « d’intrants » de la R&D.

Couverture du manuel de Frascati

Même s'il s'agit avant tout d'un outil pour les statisticiens, le manuel de Frascati s'avère pour les gestionnaires de la R&D en entreprise un outil indispensable pour apprécier les efforts de R&D réalisés par leurs équipes, et, le cas échéant, les justifier auprès de l'administration fiscale ou sociale.

Il a été revu dans sa version actuelle en 2015, révision à l'occasion de laquelle il a doublé de volume. Cette nouvelle révision ne remets pas en cause les précédentes définitions mais apporte des précisions visant à rendre toujours plus nettes les frontières de la R&D. Attention, seule la version en anglais a été mise à jour, les traductions en d'autres langues (notamment le français) en sont encore à la version de 2002.

Il est vendu (50 euros) sur le site de l'OCDE mais est par ailleurs disponible librement (et gratuitement) sur celui de l'UNESCO.

Abilian annonce le début de la commercialisation de son extranet métier dédié aux clusters et aux pôles de compétitivité

| Comments

A l'occasion de l'Open World Forum 2014, Abilian, éditeur de solutions open source au service de la compétitivité des entreprises, dont je suis le fondateur et le CEO, annonce le lancement de la commercialisation de son offre dédiée aux clusters et aux pôles de compétitivité: Abilian SICS-PC (Système d'Information Collaboratif Sécurisé pour les Pôles de Compétitivité).

La suite sur le site d'Abilian.

Retrouvons-nous à l'Open World Forum cette semaine

| Comments

Comme chaque année depuis 7 ans, je fais partie de l'équipe d'organisation de l'Open World Forum, première conférence consacrée à explorer les enjeux, approfondir la réflexion, partager les expériences et susciter le passage à l'action dans les domaines du logiciel libre et open source, de l'open hardware, de l'open data, de l'Open Web et de l'open innovation.

Cette année l'OWF se place en plus dans le cadre de l'Open Source Week, une congrégation de 4 événement majeur autour de l'open source, l'open hardware et l'open cloud, qui ont tous lieu la même semaine à Paris.

10 design business lessons that mostly apply to software business too

| Comments

From What Bill Knew:

  • Focusing on making a partnership work is more profitable than focusing on making money.

  • Love your employees more than you love your clients.

  • The best new business is your current business.

  • Price projects by asking yourself what the client's lawyer would charge.

  • It's better to be hired for your work than for your price.

  • When it comes to getting paid, the first of the month is better than the thirtieth.

  • Making money off mechanicals, printing and computers turns your business into a commodity.

  • The books in your library are more important than the numbers on your balance sheet.

  • In order to love your work, take vacations.

  • Power, in business, comes from sharing money and valuing love.

Week-end readings #1

| Comments

(A new series of post dedicated to interesting stuff found on the web).

Writing desktop apps using web technologies

Chromium as an embedded platform for desktop apps.

... with Python bindings.

... used by Inky, (yet another) "next gen" email client, build w/ Python and Chromium. Unfortunately I'm not convinced.

BTW, dotMail is another supposedly insanely great mail app that will probably never be built.

RIP Titanium Desktop (now TideSDK): http://www.tidesdk.org/blog/2013/04/13/human-resources-and-growing-expectations/

A synthetic post on the subject: http://clintberry.com/2013/html5-apps-desktop-2013/

A pricier (non open source) solution: http://bellite.io/ (doesn't seem to have much traction either).

Productivity porn

Bullet Journal: GTD like methods based on a pocket notebook.

GTD meets Kanban: http://creatingpersonalflow.com/blog/category/merging-gtd-and-kanban

Interesting blog: http://creatingpersonalflow.com/

Nozbe seems to be the trendy GTD app at this point. Omnifocus seems to be considered as too rigid by many.