Stefane Fermigier

La SPA se retourne contre Microsoft

| Comments

La SPA (Software Publisher Association, qui regroupe 1200 éditeurs de logiciels) vient de publier une étude de 40 pages directement ciblée contre l'un des siens: Microsoft. Le document, intitulé Competition in the Network Market: The Microsoft Challenge, est disponible au format PDF sur le site de la SPA. Pour simplifier la vie des lecteurs, j'en ai tiré une version PostScript compressée.

Une synthèse du résumé du rapport:

  • Les serveurs de réseaux et les applications sont le fondement de l'ère de l'information.
  • Microsoft a pris pour cible le marché des réseaux et étend de façon agressive son emprise sur le réseau.
  • Le monopole de Microsoft sur les machines de bureau s'étend en monopole sur les serveurs. Le monopole de Microsoft sur les machines de bureau lui permet d'étendre sa puissance monopolistique sur le macrhé des serveurs de réseaux et applications d'entreprises de façon aussi rapide et décisive qu'il ne l'a fait dans le domaine des machines de bureau. La stratégie de Microsoft tient en trois éléments clefs:
    • Instaurer Windows NT comme successeur de Windows 98.
    • Controler le réseau à travers le desktop.
    • Un marketing agressif de Windows NT.

  • Les pratiques anti-compétitives de Microsoft. Microsoft est engagé dans des pratiques anti-compétitives qui visent à éliminer la compétition dans le domaine des serveurs comme elle l'a été dans celui des machines de bureau. Ces pratiques incluent:

    • Utiliser le monopole sur les OS de machines de bureau pour instaurer un monopole sur les serveurs.
    • Utiliser sa puissance monopolistique pour controler les standards techniques et les spécifications.
    • Vendre les applications en même temps que l'OS.
    • Utiliser des prix prédatoires ou lier la vente de produits à celle de l'OS pour éliminer les concurrents.
    • Annuler la compétition grâce aux pré-annonces, au vaporware, au dé-support et aux dénis de compatibilité.

  • Une action en justice anti-trust est appropriée maintenant.

Comments