Stefane Fermigier

Linux dans le Nouvel Economiste

| Comments

Après La Tribune, c'est le très sérieux Nouvel Economiste qui se penche sur les mystères du logiciel libre. Extrait:

(...) Et le front anti-Gates se sent pousser des ailes. Son espoir réside dans les logiciels dits libres (freeware), mis à disposition du grand public et copiables à volonté d'une machine à l'autre. Alors que le code de Windows est la propriété exclusive de Microsoft...

Désormais, les «résistants» ne jurent plus que par Linux, un logiciel superstar dans la Silicon Valley, inventé par un génial ingénieur finlandais, Linus Torvald. Linux n'équipe actuellement que 8 millions de machines, une goutte d'eau par rapport aux 200 millions d'ordinateurs tournant sous Windows. «Linux reste marginal et ne peut pas vraiment effrayer Microsoft», souligne Eric Auchs directeur du cabinet d'études américain IDC spécialisé dans la high-tech. Certes, mais le modéle économique du logiciel libre commence a en séduire plus d'un, à commencer par Netscape ou IBM. Les démélés de Microsoft avec la justice ont déjà porté leurs fruits. «Ce n'est pas un hasard si la solution du logiciel libre suscite aujourd'hui plus d'intérêt, et si de grosses entreprises ont décidé de jouer cette carte», juge Daniel Nashbar, de la Public Software Association. Le 25 juin, l'association des utilisateurs de Linux se rassemblait sur un parking de Cupertino, dans la Silicon Valley, pour fêter le lancement de Windows 98. A sa manière. Les joyeux drilles ont lancé une fusée avec deux versions du logiciel honni à bord. Et tout ce beau petit monde d'applaudir le crash... HarceIé par la justice, encerclé par des concurrents qui espèrent le détrôner lors de la révolution technologique de demain, Bill Gates va devoir se démener pour rester en orbite.

Comments