Stefane Fermigier

Revue de presse: Le Monde Informatique

| Comments

Dans le monde informatique du 8 janvier 1999, no 792, 20F, se trouve une comparaison entre Caldera OpenLinux 1.3 et Red Hat 5.2, et un dossier sur les logiciels libres. [NB: seul l'introduction du dossier, signée Valérie Fageon, est disponible sur le Web, pour le reste il faut lire le magazine.]

Comparaison entre Caldera OpenLinux 1.3 et Red Hat 5.2 :

(Note : c'est une traduction d'un article d'Infoworld de Tom Yager.)

L'article donne un avis favorable aux deux distributions, mais penche plutôt puot Red Hat au final :

"En conclusion : Red Hat Linux 5.2 est la version de Linux à acheter. Pas seulement pour débuter et découvrir ce système d'exploitation, mais également pour l'utiliser sur des serveurs d'entreprise"

Histoire d'être fidèle à ma réputation, j'y ai relevé quelques petits trucs rigolos :

  • La revue d'OpenLinux commence par "Cette version est très complète", mais note dans les points négatifs qu'il y a moins d'applications que dans mla Red Hat.
  • Il y a un certain nombre de phrases que je trouve incompréhensibles et complètement obscures, mais peut-être est-ce parce que je suis informaticien :-). Exemples :

    "Mais il reste difficile d'étendre l'environnement KDE aux utilitaires et applications dèjà présents sur le système. Ceux-ci apparaîssent grâce à la fonction FVWM, à condition de les avoir ajoutés ``manuellement'' dans le code KDE."

    "Red Hat 5.2 a tout de même quelques petits défauts : il ne sait pas interpreter le shell de l'environnement KDE qui fait de Caldera un produit séduisant."

    Comprenne qui pourra...

De plus, l'article est sur-titré (c'est comme sous-titré, mais le sous-titre est au-dessus du titre) "Premier comparatif de versions de Linux". Ce qui me semble un peu prétentieux. Je pense en effet que d'autres comparatifs ont vu le jour avant. Et pourquoi parler de "verions de Linux" quand tout le monde depuis la nuit des temps, parle de distributions ?

Dossier logiciel libre : "Liberté, maturité... mais pas gratuité"

Une interview de Bruno Deschandelliers, directeur général d'Atrid, une revue de tous les outils qui tournent sur les Unix Libres. (Povray est cité, mais je ne suis pas sûr qu'il soit libre. Je viens de jeter un oeil sur la license, et elle me paraît très retrictive). Points forts et points faibles sont passées en revue, et bénéficient chacun d'un espace de pubication de même taille. Alain Schumacher, administrateur de la base de donnée du Département de la Santé et de l'Action Sociale de l'état de Vaud en Suisse, raconte pourquoi il est favorable aux logiciels libres, tandis que Jacques Pritz, professeur de génie logiciel au CNAM, pense que le modèle n'est pas adapté aux entreprises.

Comments