Stefane Fermigier

Revue de presse francaise

| Comments

Bruno Paul nous a communiqué un compte-rendu détaillé du dossier sur les logiciels libres paru la semaine dernière dans Décision Micro & Réseaux. C'est un dossier extrêmement positif et assez complet dans un journal très ciblé vers les entreprises.

Jean Falc'hun, Yann Forget et Xavier Benmoussa (AZAR) nous signalent un dossier intitulé ``La guerre des serveurs'' dans Informatiques Magazine du vendredi 26 février 1999. Il y a un comparatif de 7 OS serveurs (p.35): dans l'ordre ;-) Linux, Aix, Solaris, Windows 2000, Tru64 Unix, Unixware, Netware.

Même si Linux n'apparait pas en grand sur les titres des articles, il tient une place de choix dans le texte. Dans un premier article, on rappelle les 17% de parts de marché et les +212% de croissance, son adoption par les gros IBM (l'adoption de linux par Big Blue est citée comme une "normalisation Internet"!), Sun, Intel et Dell et "le retard de Windows 2000 [W2K, qui] renforcerait Linux dans son rôle d'OS pour poste de travail". Dans un second article, on apprend qu'au lycée Petrelle (Paris), "on apprécie l'administration de Linux" et, dans un troisième, que Linux peut exploiter des superserveurs multiprocesseurs symétriques (jusqu'à 64 processeurs) alors que NT peine à dépasser les 2 (il faudra attendre -qui attendra ?- la sortie de W2K pour espérer le support de 16 processeurs). Un tableau comparatif résume le dossier et place Linux en bonne place, mis à part la partie Cluster qu'ils disent être en développement... A ce sujet, voir l'article paru dans LinuxWorld.

Dans le même numéro, un article très positif sur Samba 2.0 : "un freeware à l'attaque des serveurs NT" qui "devient franchement intéressant quand [il] est installé sur un serveur Linux". Le couple Linux/Samba est même conseillé en solution 64 bits pour profiter de "performances qu'on ne verra, au mieux, qu'avec l'arrivée du processeur Merced chez Intel et la version Windows NT qui lui sera dédiée. Mais au train où avancent les deux développements (...)"

Selon Stephane Gibier, Daniel Martin, déjà cité dans ces pages, à récidivé une fois de plus dans le numéro de mars de Windows NT Magazine.

Dans PC Professionnel, un article d'introduction de deux pages sur Linux, banal mais plutôt positif, ce qui tranche avec ce qu'on pouvait y lire les mois derniers.

Il y a eu samedi un sujet de 10 minutes sur Linux à 12h10 dans l'émission Cyberculture sur Canal+. On en trouvera un résumé sur le site de Canal.

Voici les commentaires de Pascal Guimier sur ce sujet:

Un type voulait voir si "Linux est fait pour moi"... Il essaye, on voit des écrans... Il bloque sur le partitionnement, la connection, l'interface... A chaque fois il appelle son copain Jean, "qui est administrateur réseau". Ils vont même jusqu'à démonter la machine devant nous pour pouvoir reconnaitre la carte (histoire de se connecter)... Mais il n'arrive à rien tout seul ("Si t'es pas ingénieur, t'auras du mal...") Puis il nous présente brièvement des windowmanagers, Gimp, StarOffice et WordPerfect. Conclusion, il nous annonce que c'est pas pour lui. Qu'il faut être passionné, ou informaticien, ou encore chevronné, et puis qu'il faut avoir un copain Jean sous la main. Dommage.

Enfin Gérard Delafond nous signale que l'Ordinateur Individuel titre en couverture "linux est-il fait pour vous", avec un article de 4 pages ``bourré d'idioties'' (je cite Gérard jusqu'à la fin):

  • "Linux a conservé quelques points communs avec UNIX". Ce n'est donc pas un UNIX ?
  • "Pour lancer l'exécution des programmes, il faut accepter de passer des commandes que seuls les connnaisseurs d'UNIX(...)" Tiens, moi je clique sur un icone.
  • "Pour lancer KDE, il faut saisir des commandes UNIX" Chez moi, je clique sur kde dans le gestionnaire de login kdm...
  • "Il a besoin d'utilitaires pour lire les disquettes". Un détail : ces utilitaires sont gratuits et installés en standard. Leur existence peut même paser inaperçue (utilisation de KDE)
  • "Le programme d'installation est en Anglais" Ah bon. J'ai installé plein de versions de Linux sur plein de machines, et seules certaines versions de redhat 5.2 plantent sur l'install en français
  • "Des opérations aussi aisées sous windows que la modification de définition de l'écran(...) " Effectivement, CtrlAlt+, c'est vachement dur !!
  • "Pour installer une application, il faut saisir plusieurs lignes de commande". Vraiment, on ne doit pas avoir le même système. Moi, je fais un simple clic (merci kpackage).
  • "StarOffice souffre d'un inconvénient de taille. Son lancement se fait en lançant plusieurs commandes UNIX. Tout d'abord, il faut se placer dans le dossier qui contient le fichier exécutable, puis entrer le nom dudit fichier". Bizarre, chez moi, il s'est installé tout seul, et il a un très bel icone dans le menu de kde.
  • "Staroffice 5.0 dispose des même fonctions qu'un traitement de texte et qu'un tableur modernes". Et si c'était un traitement de textes et un tableur moderne ?
  • "Pour télécharger Linux : www.linux.org". Moi, j'essayerais plutôt sur ftp.lip6.fr.

D'accord, il ne faut pas tout noircir, il y a des bonnes choses dans cet article, voire des choses vraies:

  • Il est gratuit.
  • Il est plus rapide que Windows.
  • Il exporte des documents exploitables par windows.
  • Il est doté de systèmes d'aide (dont l'AFUL).
  • Il a su conquérir les serveurs en entreprises.
  • Echanges Windows Linux : pas de problèmes.
  • Plusieurs millions d'usagers l'ont adopté.
  • Les grands noms de l'informatique lui font confiance.
  • Il est fiable, rapide et stable.
  • Il ne dépend pas des aléas économiques.
  • Il est à l'abri de la mainmise des éditeurs.
  • ``Dans notre entreprise, nous parions sur Linux''.

En fait, les grandes lignes qui ressortent de cet article sont

  • la confusion permanente faite entre l'utilisteur d'une machine et l'administrateur. C'est vrai que l'installation propre de KDE nécessite des lignes de commande, mais une fois que l'administrateur a bien fait son boulot, l'utilisation devient d'une simplicité enfantine.
  • la référence permanente à StarOffice, qui est loin de représenter ce qu'est Linux (S.O. EST un commercial non open source),et qui finit par être génante. Vivement koffice, siag ou autre suite bureautique aboutie et libre ! [Tu l'as dit, Gérard! SF.]

En fait, ce genre d'article doit faire comprendre au moins une chose aux spécialistes de l'informatique que vous êtes, c'est que la presse dit une bonne moitié de choses fausses, quel que soit le domaine concerné. Quand vous avez la compétence pour corriger, ce n'est pas bien grave, mais quand il s'agit d'un domaine où vous êtes béotien, vous risquez de vous faire mener en bateau si vous ne prenez pas un peu de recul, voire ne multipliez pas vos sources d'informations.

Comments