Stefane Fermigier

Revue de presse

| Comments

Le magazine Contact des adhérents de la FNAC de juillet-août, n°353, consacre 3 pages aux logiciels libres dans son dossier sur la gratuité dans le multimédia. Signé Pascal Duroc, l'article Esprit libertaire, logiciels libres (lecture en PDF seulement) comprend:

1 - une courte interview (3 questions) de Roberto Di Cosmo.

2 - un glossaire de 7 termes: bien fait, il mentionne la GPL, indique bien qu'un freeware n'est pas un logiciel libre et la définition de logiciel libre attire l'attention sur "free" signifiant à la fois libre et gratuit.

3 - un encart sur les freewares et les versions bêta diffusées comme des versions définitives voire payantes.

4 - un article principal avec des informations exactes: il est assez bien fait.

C'est cependant dans cette dernière partie que des erreurs ou des oublis importants se sont aussi glissés:

  • "on peut aussi l'acheter (le système Linux) sous forme de CD version Red Hat": il n'y a pas du tout de mention de ce qu'est une distribution, et celle de Red Hat n'est PAS Linux - il y a aussi Debian, SuSE, Caldera ou Mandrake par exemple. [Il est d'ailleurs étonnant qu'à ce jour, la FNAC ne continue à proposer que des Red Hat (cette remarque ne concerne pas la FNAC Micro qui propose la plupart des distributions courantes, à l'exception peut-être de la Debian qui à du mal à percer dans la grande distribution). Ed.].
  • "l'association GNU (Gnus Not Unix)": GNU n'est pas une association mais un projet de la FSF (qui est correctement citée dans le glossaire) et l'apostrophe fait toute la différence dans "Gnu's Not Unix". De plus Richard Stallman n'est pas cité, mais "des universitaires et des pionniers de l'informatique": c'est pourtant lui l'initiateur du mouvement.
  • "Linux est aussi difficile à maîtriser pour ceux qui n'ont pas de connaisances de l'informatique en général et d'Unix en particulier": le début de cette remarque est valable... pour tout système d'exploitation, on le voit bien en faisant de la formation .
  • les interfaces graphiques de Linux ont été totalement oubliées, mais les fenêtres, barres de menus et autres icônes citées pour BeOS existent aussi sous Linux.
  • "BeOS, rival de Linux": BeOS n'est pas un logiciel libre et leur créneau n'est pas vraiment le même.

La revue PC Fun d'août, n°52, 42 F, met encore ce mois-ci Linux en couverture: "Alternatives - Quake III sous Linux". L'article de 2 pages de Jean Frédéric Bruzek décrit de manière détaillée l'installation de Quake III Arena, avec les commandes à saisir. "Linux est décidément en passe de devenir l'OS alternatif de référence. Pour preuve, une nouvelle version de Quake III Arena est désormais disponible pour plusieurs plates formes, dont une sous Linux." (Les 2 autres sont sous MacOS et Windows. Les versions en question sont des versions d'évaluation, le jeu sortira à la rentrée, et ne se jouera qu'en réseau.)

Le magazine Net@scope de juillet-août, n°21, 14 F, annonce "Tout sur Linux" en couverture. Le dossier de 7 pages (dont 6 de texte), de Thomas Ricouard et Clément Joathon, fait le tour du sujet: une définition, des utilisations, les différentes "versions", des sites, l'installation et des livres sont indiqués.

Il donne donc des informations intéressantes, en passant en revue les principaux points, mais qui sont émaillées de coquilles ou d'erreurs: "Linux semble revenir en force", "système d'exploitation destiné au PC", "Linus Torvald", les différentes versions de Linux, pas de mention de la notion de logiciel libre, mauvaise compréhension du mode de développemnt, "GNU public license", distributions "Gnu Linux" et Debian avec la même URL, configuration minimale "386 4Mo" ou "un système d'exploitation qui devrait satisfaire les anti-Microsoft".

Linux est un logiciel libre, pour PC ou Mac (entre autres), lancé et encore suivi par Linus Torvalds (avec un 's' donc). Il est sous licence GNU GPL (General Public License) et on peut se le procurer entre autres via différentes distributions (Caldera, Debian, Exelinux, Mandrake, Red Hat, Slackware, SuSE - par ordre alphabétique, sur www.ikarios.com ou www.mcd2-diff.fr par exemple). L'interface graphique et les applications qui vont de pair (Netscape, Gimp par exemple) nécessitent des machines assez puissantes de type Pentium minimum - sauf à utiliser les matériels plus anciens (386, 486) en terminaux X, ou sans interface graphique.

En anglais, signalons que CPU Review publie une comparaison de quelques distributions Linux: RH, Caldera, SuSE, Mandrake et Slackware (note: Debian n'a pas été incluse dans le comparatif, mais cela sera rectifié à terme).

La publication tient en 5 pages :

  • Les versions des logiciels inclus [A remarquer ici que la Mandrake mentionnée est celle reprise par la meta-meta-distribtion MacMillan qui, comme, Caldera, a ajouté les produits de PowerQuest (Partition et BootMagic) à la meta-distribution Mandrake]
  • La documentation et la richesse logicielle.
  • La configuration réseau, le support technique et la configuration X11.
  • Le Desktop et l'administration de l'IU.
  • Un résumé.

Comments