Stefane Fermigier

Posts for category: Unix

Windows NT face à Linux/Unix... et à lui-même

| Comments

Jérôme Kalifa vient de réaliser une revue de presse d'articles comparant NT à Linux ou Unix, ou mettant tout simplement en avant ses faiblesses.

Il ne s'agit pas de critiquer les OS Microsoft pour le plaisir, mais de fournir au lecteur des éléments de reflexion qui pourraient s'avérer utiles à l'heure d'un éventuel choix.

Parmi les 25 articles cités, deux qui ont particulièrement retenu mon attention (ainsi que celle de Jacques Le Marois):

Solution groupware commerciale sous Linux

| Comments

Lu dans LMB Actu en ligne n0177:

Control Data Systems (CDS), concepteur de solutions de gestion pour les systèmes d'information, a annoncé une version Linux de son serveur Intrastore Server 98. De ce fait, la société devient l'une des premières à développer une plate-forme de messagerie et d'applications pour Linux. Le serveur peut être téléchargé pour 250 licences et plus, sur le site Web de Control Data systems. Intrastore Server 98 pour Linux inclut un service de messagerie et de Web, ainsi qu'un serveur pour les entreprises. Son concept vise à faire partager l'information au sein de l'entreprise et à permettre aux employés de mieux collaborer. IntraStore est en conformité avec les derniers standards de l'Internet : Pop3, SMTP/MIME, IMAP4, NNTP, HTTP, SMTP, FTP et LDAP [c'est moi qui souligne]. Il est compatible avec Unix et Windows NT.

Pour ceux qui s'intéressent aux solutions de groupware libre, il y a plusieurs projets sérieux en cours, c'est le moment de les rejoindre: Yoga (ex Gnuotes), Casbah, PINN, etc.

Les infomanagers aussi préfèrent Linux

| Comments

Selon une étude récente de Datapro (portant sur 829 personnes sondées), le système Linux est celui qui donne la plus grande satisfaction générale, devant Solaris et HP-UX. Les autres systèmes comparés étaient NetWare, NT, Digital Unix, AIX, UnixWare et Open Server.

Linux est également arrivé en tête dans les domaines de l'interopérabilité (de très loin), du coût total de possession, du prix, de la facilité de gestion, de la flexibilité, de la disponibilité, et en deuxième position pour la qualité du support Java (derrière Solaris), de la fonctionnalité du produit et des performances (derrière Digital Unix).

On pourra également lire les très pertinents commentaires (en englais) de Magnus Lycka sur cette étude.

Compte-rendu : Microsoft, Netscape et Logiciel Libre sur France-Inter.

| Comments

Un représentant de Microsoft-France, le directeur de Netscape-France, quelques journalistes, mais aussi et surtout Roberto Di Cosmo en pourfendeur de Microsoft et en défenseur des Logiciels Libres: un casting alléchant! Le débat avait lieu mardi 26 Mai dans le cadre de l'émission de France-Inter : "le téléphone sonne".

On peut dire que ce qui s'est dégagé de cette émission est ambigu : d'une part, Roberto Di Cosmo a su démontrer tout le coté négatif de Windows(TM) avec des arguments techniques imparables. Il n'a d'ailleurs pas hésité à dire que derrière les "jolies images" de Windows, il y avait un "moteur (...) pourri". De l'autre coté, ce fut quand meme une grande opération de communication pour le responsable de Microsoft qui a résussi à faire passer le message suivant : le succés (commercial) de Windows serait dû à ses qualités, plébiscitées par le public ! Ce mensonge grossier n'aura trompé aucun utilisateur averti, mais qu'en est-il de l'auditeur de base ? Qui va lui expliquer que la vraie raison du succès de Windows c'est la puissance marketing et financière phénoménale du géant de Redmond ? Il est d'ailleurs un peu dommage à ce sujet que personne n'ait parlé d'un Logiciel Libre à succès: le serveur Web Apache, qui n'a bénéficié d'aucune publicité, et est pourtant quatre fois plus installé que le serveur IIS de Microsoft!

A noter également, une argumentation tout à fait hasardeuse du responsable de Microsoft: selon lui, l'ouverture du code source (telle que Netscape l'a mise en oeuvre) est de nature à engendrer une multiplicité nuisible de produits différents. Il a donné l'exemple des différentes implémentations (propriétaires) d'Unix qui auraient conduit à son déclin actuel. Monsieur Castelain, si la licence "Berkeley Software Development" a permis, par le passé, de verrouiller du code source libre, ce n'est plus possible avec la "Gnu Public License" qui protège Linux, et une grande partie des nouveaux Logiciels Libres...

Notes :

'The Amazing' Randi va ouvrir la session Freenix de Usenix 98

| Comments

La conférence annuelle des utilisateur d'Unix, Usenix 98, aura lieu du 15 au 19 juin à la Nouvelle Orléans. Il y aura cette année une session spéciale de trois jours sur les Unix libres: Linux, FreeBSD, OpenBSD, NetBSD, avec des orateurs illustres comme Linus Torvalds (Transmeta), Jon ``maddog'' Hall (Linux International, organisateur de la session), Richard Stallmann (FSF), Dennis Ritchie (Lucent, créateur d'Unix). Les exposés techniques présenteront entre autres les projets Samba, KDE, Gnome et Kawa.

La session sera ouverte par James ``the Amazing'' Randi. Randi est un illusioniste professionnel qui s'est fait le champion de la lutte contre les fraudes et les impostures scientifiques et les allégations des professionnels de l'occulte et du paranormal.

Qui mieux que lui pouvait symboliser la dénonciation des illusions des sirènes du marketing et du charlatanisme de certains éditeurs de logiciels?

Les pilotes de périphériques pour OS libres

| Comments

Aujourd'hui, sur Slashdot.org, il est dit que la société PlusTek (qui fabrique des scanners) ne souhaitait pas rendre publiques les spécifications techniques de ses périphériques. Par contre, elle préparerait (pour la fin de l'année) des pilotes spécifiques pour Linux et plus généralement Unix.

Ce qui en soit peut paraître une victoire pour Linux (bien qu'il y ait déjà eu un précédent avec les cartes vidéo Matrox...) en est-elle une réellement? Bien entendu, si PlusTek fournit ses pilotes de périphériques en sources libres (Open Sources), il n'y a rien à redire. Mais il y a fort à parier qu'ils fourniront plutot des pilotes précompilés (binaires): un pour chaque architecture (x86, alpha, powerpc...) et pour chaque Unix (libre ou non d'ailleurs) donné (Linux, FreeBSD, Solaris...). Ce n'est sûrement pas souhaitable dans la mesure où cette solution -- propriétaire -- pourrait s'avérer une source importante de problèmes: compatibilité avec les bibliothèques du moment (libc, version du noyau linux...) par forcément assurée, pas d'extension ou de mise à jour du pilote possibles par la communauté Open Source, etc.

Ne devrait-on pas alors insister auprés de cette société (et de futures autres...) pour qu'elles développent en Open Source les pilotes destinés aux OS (Systèmes d'Exploitation) Open Source? Dans le cas contraire, la communication des spécifications techniques des périphériques concernés (en vue d'un développement par la communauté Free-Software) serait alors sans aucun doute préférable.

Prosélytisme Linux: problèmes et solutions

| Comments

Le dernier numéro de la Linux Gazette contient un article qui présente le principal problème que l'on rencontre lorsqu'on essaye de convertir quelqu'un qui ne connait pas le monde UNIX à Linux: le découragement face à la masse d'informations nouvelles à apprendre. Trois scénarios, dont au moins un est original, sont proposés:

  • the OS/2 revisited approach, qui consiste à utiliser (au départ) Linux comme un émulateur MS-DOS ou Windows, ou à installer des logiciels comme StarOffice (une suite bureautique intégrée qui est indiscernable de ses équivalents sous Windows) avec les qualité et les défauts de ce type d'applications monolythiques.
  • the suck it up approach, qui consiste à préinstaller un système complet, sans possibilité de retour en arrière, en espérant que la personne évangélisée fera l'effort de s'adapter.
  • the delayed skill transfer approach, idée la plus originale, un peu choquante au première abord, qui consiste à commencer par installer des outils Unix-like (bash, Emacs, les utilitaires GNU, LaTeX) sur un système Windows, pour adapter progressivement la personne au nouvel environnement, sans l'angoisse du passage à un système entièrement nouveau.

Les temps sont durs pour Windows NT

| Comments

Il y a 3 mois encore, la presse informatique enterrait Unix et ignorait complètement Linux. Les temps changent. Juste rééquilibrage, les journalistes prennent conscience que NT (même dans sa version de dans 2 ans) n'est pas la solution à tous les problèmes, qu'Unix a encore de beaux jours devant lui (sur grosses machines) et que Linux est plus stable, plus performant et mieux supportés (sur PCs). On pourrait presque se demander si c'est NT qui a de l'avenir...

Quelques articles:

Éditorial

| Comments

Le premier mois de la nouvelle année 1998 (an 7 de l'ère du Pingouin) a été très riche en événements intéressants, et semble indiquer que cette année sera cruciale pour l'avenir (il me semble raisonnable de tabler sur 10 millions d'utilisateurs à la fin de l'année).

Parmi les faits marquants du mois, on pourra noter:

  • L'annonce de la future libération des sources des navigateurs Netscape. Cela aura sans doute à terme des conséquences positives sur la qualité de ces logiciels obèses et pas toujours très fiables. Mais surtout, dès à présent, cet événement a été le prétexte à quelques articles de présentation du modèle ``libre'' ou ``ouvert'' de développement du logiciel, qui compte parmi ses plus grand succès Linux, Apache, Gimp, etc.
  • Le rachat de Digital par Compaq. Rappelons que Digital fut dans les années 60/70 à l'origine de la ``révolution de la mini-informatique'', avec les PDP 7 et 11 qui furent les premiers ordinateurs à se vendre à plus de 100 000 exemplaires, et sur lesquels furent d'ailleurs conçues les premières versions d'Unix; que Digital fut la première entreprise importante à soutenir Linus Torvalds; mais aussi que Digital, qui produit avec l'Alpha le processeur le plus puissant de sa catégorie, n'a pas réussi à l'imposer face aux processeurs Intel. À mon sens, l'erreur de Digital est d'avoir préféré étouffer les solutions techniquement supérieures et ouvertes sur l'avenir (processeurs Alpha + Digital Unix ou Linux/Alpha) pour préserver des bénéfices à court terme issus principalement de solutions propriétaires (VMS, NT).
  • L'accélération du travail en prévision de la sortie de la version 2.2 du noyau et de la version 2.0 de la distribution libre Debian (qui doit franchir le cap du passage en libc6, comme la Red Hat l'a déjà fait il y a deux mois).
  • La montée en puissance de projets comme KDE, Gnome et SEUL (simple end-user linux), qui visent à simplifier et à rendre plus attrayantes la mise en oeuvre et l'utilisation de Linux.
  • La création ou la montée en puissance de sites Web d'information sur Linux et le logiciel libre, comme par exemple: Linux Weekly News et slashdot.org en anglais, Linux France (qui héberge maintenant le site Web du magazine Dream) et Linux Center en français.
  • De très nombreux articles sur Linux dans la presse (papier ou Web) anglo-saxonne, qui se ressemblent souvent beaucoup, qui ne sont pas toujours corrects à 100 %, mais qui ont le mérite de faire connaître Linux au public.
  • L'omniprésence d'Internet dans les média français (Autrans, plan Jospin, etc.), mais une sensibilisation aux logiciels libres qui reste très faible, en dehors de magazines résolument ``alternatifs'' (Le Virus Informatique, Dream), avec peut-être un frémissement du côté de Libération multimédia.

Red Hat Linux 5.0

| Comments

Présentation très favorable de Linux Red Hat 5.0 dans PC Magazine.

``Red Hat Software has taken a giant leap toward making Linux an accessible desktop OS. With easier X Window configuration and system-partition utilities, automatic probing of PCI devices, and install-time selection of system daemons, Red Hat Software has lowered the barrier of entry to the world of Unix. And with easier installation, improved hardware detection, and additional applications and system administration utilities, Red Hat Software has advanced Linux from being a hacker's OS to becoming a viable commercial solution.''